Le viol est défini par le Code pénal (article 222-23) comme tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte, menace ou surprise. C’est un crime passible de la cour d’assises.

On distingue le viol des autres agressions sexuelles à travers l’existence d’un acte de pénétration qui peut être vaginale, anale ou buccale. Cet acte peut être réalisé aussi bien avec une partie du corps (sexe, doigt…) qu’avec un objet.

Si vous avez des questions sur ce que vous avez pu subir pour en connaître le catégorie pénale n’hésitez pas à contacter les maisons de justice de votre ville ou les personnes qui travail dans ce domaine car malheureusement en terme de justice il peut parfois avoir une différence entre les faits et les réalités pénales.

.

Le fléau du viol n’épargne pas le milieu professionnel qui, comme tout autre lieu de rencontres sociales, peut-être le théâtre de bien des violences. 

.

DES MOTS AUX ACTES .

  • Les Business agresseurs ( entendez les agresseurs du lieu de travail), hommes ou femmes, sont manipulateurs et dominateurs, souvent en raison de leur statut social. Le déséquilibre de représentation des sexes dans une entreprise ( plus d’hommes que de femmes par exemple ou l’inverse ) est également un facteur favorisant le zèle des agresseurs du milieu professionnel.

Ce type d’agression commence par un harcèlement moral, avec des allusions grivoises et des menaces voilées, avant de se concrétiser lorsque la victime est jugée assez fragile et vulnérable. Les blagues de mauvais goût font en effet partie des techniques des business agresseurs : remarques sur la morphologie ou les tenues vestimentaires, sous-entendus à caractère sexuel, attouchements ( mains aux fesses par exemple ), intimidation, autant de facteurs d’exercer sur les victimes, une violence psychologique subtile, non perceptible et par conséquent, difficile à prouver.

Cela peut aller jusqu’à humilier les collègues en dénigrant injustement, leurs compétences professionnelles.

 LA FIN JUSTIFIE LES MOYENS !

  • Dans d’autres cas, l’agresseur, souvent le supérieur hiérarchique, cherche d’abord à séduire la victime et la mettre en confiance à travers des compliments et des mots d’encouragement. Il se rapproche d’elle, l’invite ensuite à déjeuner ou prendre un café ensemble pour « parler affaires », l’occasion propice pour initier les propos et/ou gestes déplacés. Certaines victimes, par peur de perdre leur poste, se défendent peu ou pas du tout, face aux chantages de leur bourreau.

Du reste, la réticence ou les tentatives de dissuasion de la victime ne font qu’encourager le business agresseur ou au contraire, blessent son orgueil. Et à ce stade, il augmente le niveau de violence verbale ou physique et utilise tous les moyens à sa portée ( menace de licenciement, de diminution du salaire, changement des horaires de travail, etc. ), pour atteindre son objectif. 

Face à ces diverses pressions, nombreuses sont les victimes qui cèdent car elles ont des projets et doivent honorer des charges quotidiennes. Elles se sentent obligées de subir, espérant que cela cesse, ou en attendant de trouver un autre emploi. 

.

En outre, les victimes s’enferment dans une spirale infernale où elles ont peur de parler par crainte de n’être pas crues. Les salarié(e)s qui subissent ces abus en silence, finissent en dépression, se rendent au travail avec la peur au ventre et psychologiquement brisé(e)s.

.

LE MOT DE MRS K

.

Si tu te reconnais dans ce profil de victime, sache que tu n’es pas coupable. Décide de sortir de cette ornière boueuse et ose en parler. Ne crains pas car il existe plus de solutions que tu ne peux l’imaginer. Ta liberté n’a pas de prix, choisis-la.

C’était Mrs K pour vous soutenir !

.


.

J’espère que cet article vous a éclairé.


Tu as aimé cet article ? En le lisant tu as peut-être pensé à une personne qui serait encouragée à sa lecture. Je t’invite à le partager en cliquant sur le bouton de partage de ton choix ci-dessous. Ton geste peut aider une victime de ton entourage proche sans que tu ne le saches. Tu peux aussi me laisser un commentaire. Merci !


C’était l’équipe des LVPE pour vous soutenir .


Nous contacter : mrsk@leviolparlonsen.com